ROBERT WALSH

Pendant la majeure partie de ma carrière, je me suis consacré à la musique – l’écrire, la jouer, l’enregistrer et enseigner comment la faire. J’ai travaillé avec des personnes célèbres, des personnes qui devraient l’être et d’innombrables musiciens extraordinaires dont vous ne connaîtrez jamais le nom, mais qui se produisent au plus haut niveau. J’ai été un artiste solo, le gars derrière l’artiste, un auteur-compositeur, un producteur, un arrangeur, un directeur musical, un mercenaire, un musicien de session, un frontman, un musicien de fond invisible, un critique, un auteur, un enseignant, un étudiant. Il y a eu de nombreuses nominations pour des prix, plusieurs ont été reçus, de bonnes critiques, quelques mauvaises, des moments inoubliables et quelques-uns que j’aimerais oublier. Et j’ai été basé dans trois villes canadiennes – Montréal, Toronto et Edmonton.

À Montréal, j’étais membre du légendaire groupe rétro-rock Johnny Jetblack and the Comeback. Nous avons été découverts par le magnat de la musique (et futur taulard) Guy Cloutier, alors qu’il prenait une pinte avec Guy Lafleur dans un club près de l’aéroport de Dorval. L’électricité s’est éteinte, nous avons chanté quelques airs des années 50 a cappella, et cela nous a menés à l’enregistrement de deux albums et à une tournée des arénas du Québec avec l’emblématique René Simard. Par la suite, j’ai co-fondé un groupe appelé The XMEN (avant que l’autre XMEN ne devienne une affaire), et je suis parti en croisade New Wave, en tournée dans l’Est du Canada et aux États-Unis pendant plusieurs années. Le groupe a décroché des contrats d’enregistrement et de gestion ; tout s’est écroulé ; j’ai déménagé à Toronto.

Il a toujours été question de musique. Sauf quand ça ne l’était pas.

Bien que je n’aie jamais quitté la musique, j’ai fait un détour pendant 8 ans où je suis devenu un expert en sécurité hospitalière, gérant des services dans deux grands hôpitaux de Toronto, siégeant aux conseils d’administration de collèges communautaires qui offraient des programmes de droit et de sécurité, et assumant à tour de rôle la présidence de l’Ontario Hospital Security Association. J’ai beaucoup appris sur les affaires et la gestion (ce qui m’est très utile en tant que musicien) et j’ai dû faire face à des problèmes assez sérieux ; mais surtout, j’ai côtoyé de “vraies personnes” qui n’étaient pas des musiciens et j’ai acquis une perspective sur la musique que je n’aurais jamais eue autrement. Toujours un peu trop ambitieux, j’ai terminé mon diplôme de musique à McGill et ma femme et moi avons signé un contrat d’enregistrement avec un label de Nashville alors que je travaillais encore dans cette industrie. Mais finalement, l’envie de revenir à temps plein à la musique est devenue indéniable.

J’avais toujours entendu de bonnes choses sur la scène musicale d’Edmonton. Ma femme, qui est de l’Alberta, m’a fait visiter la ville lorsqu’elle a présenté un spectacle solo sur sa vie de Suprême (voir Supreme Dream de Frank Moher et Rhonda Trodd). Ce que j’ai vu m’a impressionné et, renonçant aux avantages sociaux et à la pension, j’ai quitté Toronto pour me construire une vie d’artiste dans l’Ouest.

C’était un bon choix. Depuis que je me suis installé ici, j’ai sorti trois albums solo, deux albums en tant que membre d’un ensemble (Allez Ouest, Two Blue), et j’ai collaboré avec de nombreux autres artistes indépendants en tant que producteur, coauteur, arrangeur et interprète (je suis particulièrement fier de la collaboration continue que j’ai eue avec Andrea Menard au cours des deux dernières décennies). J’ai également travaillé avec d’excellents musiciens, que ce soit en tant que guitariste bénévole ou en tant que membre de l’Edmonton Symphony. J’ai notamment joué avec les Pointer Sisters, Renée Fleming, Petula Clark, Tom Cochrane, Luck Mervil, et j’ai joué la musique de Frank Zappa avec deux anciens membres du groupe Zappa.

Et j’ai pu établir des liens avec la communauté ; j’ai créé un programme de musique populaire en français qui est offert dans les écoles françaises de l’Alberta ; je suis devenu membre du corps professoral du département de musique de l’Université MacEwan ; j’ai écrit la musique de trois comédies musicales et de plusieurs films, et j’ai écrit un livre. Oh, et nous avons eu deux enfants.

J’ai l’intention de partager ce que j’ai appris en cours de route en tant que conférencière et auteure, et bien sûr, de créer davantage de musique.

Détail
FrancoMusik Alberta présenteFestival FrancoFusion 2021

L’association FrancoMusik Alberta est heureuse d’annoncer la 2e édition du festival FrancoFusion, qui aura lieu le 11 septembre 2021, de 14h à 23H30 à la Cité francophone d’Edmonton. Cette édition particulière, intitulée « Célébration ! », rassemblera une multitude d’artistes de musique et de danse de diverses cultures.